Notre histoire

En mettant sur pied une fondation, Monsieur Jules Dallaire s'était donné comme mission de redonner. Reconnu comme étant à l'écoute des autres, toujours disponible et empathique, il avait le profond désir que toutes personnes, quelles que soient leurs différences, leurs maladies ou leurs problématiques, puissent s'intégrer dignement dans leur communauté.

2001
La Fondation
Cominar
voit le jour

Après des années à développer des projets immobiliers résidentiels et commerciaux, Monsieur Jules Dallaire eut envie de redonner à la société lui ayant permis de bâtir son entreprise, Cominar. Dès lors, il cherche à mettre sur pied une structure lui permettant d’avoir un réel impact dans sa communauté. Ainsi, en 2001, la Fondation Cominar voit le jour.

2006
Place à la Fondation
Jules-Dallaire

Peu avant son décès, Jules Dallaire change le nom de la Fondation Cominar pour la Fondation famille Jules-Dallaire et demande à sa famille de poursuivre sa mission philanthropique. Aujourd’hui, ce sont les enfants de Monsieur Dallaire qui font rayonner l’œuvre familiale.

une jeune femme

2012
Le sauvetage
de la Maison Layola

La Fondation famille Jules-Dallaire fait un don majeur pour acquérir la Maison Layola sur la rue D’Auteuil à Québec, un joyau patrimonial construit en 1822 et classé comme monument historique. Réalisant du même coup un sauvetage patrimonial et humain puisque cette acquisition a permis à l’organisme La Maison Loyola de s’y installer pour continuer son œuvre auprès des jeunes en situation d’errance.

2013
L'acquisition de la Maison Mère-Mallet

La Fondation famille Jules-Dallaire s'entend en 2013 avec les Sœurs de la Charité de Québec pour acquérir la Maison Mère-Mallet au cœur du Vieux-Québec. Tout en maintenant la vocation caritative et le caractère architectural du lieu historique, la Fondation souhaite faire de cet espace un lieu de synergie entre les différents organismes communautaires qui y seront hébergés.

2014
Faire de la philanthropie durable et de proximité

La Fondation prend un tournant majeur en devenant une fondation active qui fait de la philanthropie durable et de proximité. Au-delà du soutien financier qu'elle apporte à ses partenaires, elle s'implique directement dans la gestion des projets qu'elle soutient afin d'en assurer la pérennité.

2016
La Maison Mère-Mallet réorganise ses services afin de mieux réaliser sa mission

Accompagner toutes personnes qui vivent des inégalités sociales dans leur processus de réinsertion et de faciliter leur transition à la vie dans la communauté. Aussi, l’hébergement de la YWCA intègre le bâtiment jusqu’à la fin 2017.

2018
La MLSV ouvre ses portes!

2019
Hébergement transitoire et recherche universitaire.

La Maison Mère-Mallet développe son propre hébergement transitoire pour une clientèle en réinsertion sociale ou professionnelle. La Fondation montre son intérêt pour le partage des savoirs et s’implique auprès de la recherche universitaire. En effet, elle soutient financièrement la Chaire Autodétermination et Handicap qui détient une expertise auprès des personnes présentant une DI ou un TSA.

Photo de Jules Dallaire

Jules Dallaire

Il est important de redonner à la société
qui nous a permis de devenir
ce que nous sommes.

Jules Dallaire

2015
Le legs de la maison familiale

La résidence familiale des Dallaire dans Charlesbourg, construite par Jules Dallaire, est léguée à la Fondation pour être transformée en maison de répit pour des enfants lourdement handicapés et d'autres en fin de vie, en collaboration avec l'organisme Laura Lémerveil. La Maison Lémerveil Suzanne Vachon (nommée en l'honneur de l'épouse de Jules Dallaire) deviendra ainsi la toute première maison de soins palliatifs pour enfants de l'est du Québec.